Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

<

Quelques instruments de musique

Publié par Louvre-passion sur 18 Février 2011, 00:05am

Catégories : #Peinture et sculpture

Deux œuvres de Chardin intitulés respectivement « Les instruments de la musique civile » et « Les instruments de la musique militaire » sont récemment entrés dans les collections du  Louvre. En 1766 ces tableaux sont commandés pour la décoration du château de Bellevue (près de Meudon dans les Hauts-de-Seine) qui devait servir de résidence à la famille proche du roi Louis XV. Les tableaux deviennent ensuite bien nationaux durant la Révolution et sont vendus aux enchères en 1795. Revendus en 1853 ils restent ensuite dans la même famille pour finalement rejoindre les collections du Louvre.

C’est le marquis de Marigny, frère cadet de madame de Pompadour, et directeur de l’administration des arts (ce qui équivaut à notre ministre de la culture) qui reçoit la tâche de réaménager le château de Bellevue. Il fait appel à Jean-Siméon Chardin (1699 – 1779) alors âgé de 67 ans qui excellait dans les natures mortes. Son art était loué par toute la critique et sa renommée internationale. Pour le salon de musique Chardin réalise ces deux compositions. Pour la musique civile il représente un tambourin de Provence, une flûte traversière, une viole, une clarinette et un cor, ces deux derniers instruments étant utilisés depuis 1762 dans les orchestres parisiens.

Chardin musique civileLes instruments de musique militaire (timbales, basson, trompette) sont accompagnés de l’étendard bleu et rouge aux armes des rois de France et de Navarre ainsi que de la croix du Saint-Esprit.

Chardin musique militaire

Exposés au salon de 1767 les tableaux suscitent l’admiration de Diderot « C’est une vigueur de couleur incroyable, une harmonie générale, un effet piquant et vrai, de belles masses, une magie à faire désespérer, un ragoût dans l’assortiment et l’ordonnance. Eloignez-vous, approchez-vous, même illusion, point de confusion, point de symétrie non plus, point de papillotage; l’œil est toujours recrée parce qu’il y a calme et repos ».

Après un tel commentaire j’ai bien conscience que mes petites photos numériques peinent à rendre l’éclat de ces tableaux mais si vous le pouvez aller les admirer au 2e étage de l’aile Sully.

 

Commenter cet article

Alain 18/02/2011



Chardin s’était fait un spécialiste de ce genre de  thème qui me rappelle
les deux tableaux du musée Jacquemard-André : « Les attributs des arts » et « Les attributs des sciences ».



grillon 18/02/2011



Ils sont effectivement merveilleux , ces tableaux, j'ai eu la joie de les découvrir la semaine dernière, ils valent le détour !


Les mots de Diderot sont puissants, merci de les avoir cités ! Ce ragoût de Chardin dans l'assortiment et l'ordonnance est un régal !



"Un voyageur qui passe" 19/02/2011



Tanpis pour l'aile Sully, je vais me contenter des photos de votre blog qui ne sont pas si mal que ça !



FAN 19/02/2011



 Après le commentaire de DIDEROT,
quoi dire de plus!!! Chardin a réussi LA perfection dans ces deux compositions!!Ce qui aurait pu être lourd et encombrant est d'une légèreté sérieuse!!! BISOUS FAN



sav 21/02/2011



je trouve que le tableau des instruments de musique militaire a plus d'éclat que l'autre, comme s'il vait préféré entendre ceux-ci...



Sylvie 24/02/2011



Tes "petites photos numériques" donnent envie d'aller voir sur place. C'est bien le but recherché ? Merci pour cette citation de Diderot.


Intriguée par l'utilisation du mot ragoût, je suis allée voir dans l'ATLF (Trésor de la Langue Française) : au sens figuré,  un ragoût en peinture est une  "harmonie de couleurs
piquante et flatteuse" et en littérature " ce qui stimule l'attention, l'esprit, les sens de manière agréable"...


 



artigue 25/02/2011



Merci pour le renseignement


vos clichés sont très bien


Il va y avoir une exposition Chardin au musée du Prado à Madrid dans peu de temps


A bientôt


JA



Recent posts