Pour se refaire une beauté

Publié le 8 Mai 2015

Parmi les endroits que j’affectionne au Louvre il y a la section des objets d’art du début du XIXe située au premier étage de l’aile Richelieu. Dans l’une des salles on découvre cet ensemble composé d’une table et d’un fauteuil de toilette en cristal, verre églomisé (ce qui veut dire comprenant une dorure intérieure), et bronze doré. J’ai remarqué que le premier réflexe des femmes qui arrivent dans la salle est de se regarder dans le miroir. Vu la beauté de ce meuble je comprends que c’est tentant. La notice du musée nous apprend que cet ensemble a vraisemblablement été acquis par la duchesse de Berry en 1819 et placé dans son château de Rosny-sur-Seine.

Pour se refaire une beauté

Essayons un peu d’imaginer Marie-Caroline de Bourbon-Sicile, duchesse de Berry, devant sa table de toilette vers 1820. C’est une jeune femme de 22 ans, comme toutes les femmes de son époque elle évite le soleil pour préserver la blancheur de son teint, pour se farder elle utilise de la poudre de riz et une petite touche de rouge. Le XIXe siècle est la période où les femmes utilisent le moins de maquillage, celui-ci est réservé aux actrices sur scène ou aux prostituées. Marie-Caroline lave rarement sa chevelure par crainte des rhumes mais la brosse longtemps, elle sait que l'odeur de ses cheveux est censée troubler les hommes. Pour se parfumer la jeune femme utilise un nouveau produit qui fait fureur, c'est l’eau de Cologne qui connaîtra un succès constant tout au long du XIXe siècle. Pour ses vêtements la jeune femme achète chez Leroy l’ancien fournisseur de l’ancienne cour impériale qui habille les élégantes dans les salons aristocratiques. Les robes blanches raccourcies ont le bas orné d’une guirlande de lys et les manches ouvragées. Les tissus à la mode sont le drap mérinos, le velours et la lévantine l’hiver, la percale, la mousseline, la soie et le crêpon l’été. La tendance est aux couleurs tendres et sentimentales : lilas, héliotrope, réséda…

Bien sûr tout ceci est réservé aux classes supérieures, pour les paysannes et les femmes du peuple ces soins de beauté restent inaccessibles.

Marie-Caroline, duchesse de Berry (1798 – 1870), naît dans une famille de la noblesse française qui a émigré en Italie pendant la Révolution. Revenue en France pendant la restauration elle épouse le duc de Berry, un proche de la famille royale, qui est assassiné en février 1820. Très impliquée dans son époque elle soutient l’activité industrielle de manufactures et d’artisans, c’est aussi une mécène reconnue pour les peintres les musiciens et les écrivain. Elle se distingue également par son action caritative. Mais la duchesse de Berry est restée dans l’histoire à cause de sa tentative de soulèvement royaliste en 1832. Après révolution de 1830 elle s'imagina que son fils pourrait être proclamé roi de France sous le nom d’Henri V et débarqua en Vendée pour tenter de rallier la population à sa cause et déclencher une insurrection. En fait la tentative ne rencontra qu’un maigre succès et la duchesse fut rapidement arrêtée par la police de Thiers, nouveau ministre de l’intérieur. Emprisonnée elle accoucha d’une fille, fruit d’un mariage secret contracté avec un noble Italien. Pour la discréditer aux yeux de ses partisans le gouvernement rendit public cette naissance et cette union puis l’expulsa hors de France, elle finit alors sa vie en exil.

Rédigé par Louvre-passion

Publié dans #Généralités

Repost 0
Commenter cet article

coming soonn 04/07/2010 13:29



c'est un cimpliment que tu mérites emplement!



Louvre-passion 04/07/2010 17:52



Encore merci !



coming soonn 26/06/2010 12:31



quelle héroine cette marie caroline! elle avait du tempérament! surtout que son fils est né après l'assassinat de son mari!


Je suis intriguée par cette histoire de cheveux, ça devait être tout gras!!!


 


en tout cas j'ai été transportée par ton paragraphe sur son époque, j'y étais presque!



Louvre-passion 28/06/2010 20:30



Pour les cheveux elle les lavait (quand même) mais moins souvent que les femmes actuelles. Merci pour le compliment sur l'article.



JA 20/06/2010 18:14



Toujours aussi instructif votre blog, bravo et merci pour le partage.


Le beau portrait de la duchesse avec sa robe en velours est donc d'après un commentaire de E. Vigée Lebrun?


Merci


A bientôt


Jocelyne ARTIGUE



Louvre-passion 22/06/2010 21:14



Merci pour le compliment, oui le portrait de la duchesse de Berry était d'Elisabeth Vigée-Lebrun.









Jean-Louis Gautreau 16/06/2010 23:33



Il ne faut pas oublier les noms des généreux donateurs qui ont offert ce magnifique mobilier au Louvre en 1989 : M. Claude Ott, avec la participation de M. Maurice Ségoura.


Sans eux les musées français ne présenteraient pas autant de merveilles.



Louvre-passion 17/06/2010 21:47



En effet et le nom de la salle est celui de l'un des donateurs.



AD-Mary44 16/06/2010 22:15



Je suis triste aujourd'hui car Jean FREOUR, le sculpteur d'Anne de Bretagne devant le château de Nantes est décédé ; il nous avait reçu avec les enfants de l'atelier il y a pas mal d'années et
c'est un souvenir que je partage avec vous aujourd'hui



myriam 15/06/2010 22:41



On imagine bien la nymphe Pomone se refaire une beauté avec une table de toilette pareille !



Louvre-passion 16/06/2010 20:47



Table de toilette que lui aurait offert le dieu Vertumne !



Alain 15/06/2010 15:27



Courageuse cette duchesse car elle risquait bien plus que quelques mois de prison pour avoir organisé ce
soulèvement ! Avec un peu de réussite, elle aurait pu être la mère du futur Henri V.


Sa beauté inspira plusieurs peintres dont le tableau d’Elisabeth Vigée-Lebrun que tu nous montres et aussi un superbe
portrait de Thomas Lawrence.


 



Louvre-passion 15/06/2010 21:15



Je ne pense pas qu'elle avait des chances de réussir, elle avait une trentaine d'années de retard et sa conception de la monarchie un peu
dépassée.



amaryllis 14/06/2010 21:42



Incroyable cette coiffeuse et son fauteuil... quel travail de totue beauté... comme la dame surtout sur ce portrait avec des cheveux propres (mais comment faisaient -elles pour rester avec des
cheveux sales). C'est un personnage hords du commun que je découvre dans tes lignes... tu me donnes envie d'en savoir plus sur elle. Merci pour cette ouverture  et bonne semaine.



Louvre-passion 15/06/2010 21:09



A l'époque on se lavait moins souvent les cheveux que de nos jours, n'oublions pas qu'il n'y avait pas l'eau courante, se baigner chez soi était toute
une histoire. Au début du XIXe la notion de "propre" n'était donc pas la même qu'au début du XXIe siècle.



AD-Mary44 13/06/2010 21:10



je viens lire à nouveau cet article, oui ce sont vraiment des "trésors" !!!!!!!



Louvre-passion 15/06/2010 21:05



Des trésors dans une ambiance dorée.



provence.intemporelle.over-blog.com 12/06/2010 23:39



Très bonne idée d'avoir présenté ce meuble accompagné du portrait de son ancienne propriétaire... celà donne une note nostalgique à cet article...


J'aime beaucoup votre blog comme tous les blogs qui parlent d'histoire, d'art et de musées...


Bonne continuation, une "Fille du Midi"



Louvre-passion 13/06/2010 11:17



L'histoire de la duchesse de Berry donne effectivement un intérêt supplémentaire à ce meuble. Merci pour les compliments à propos de mon
blog.



AD-Mary44 12/06/2010 16:34



J'ai quand même oublié d'écrire comme je suis toujours admirative de ces mobiliers que l'on peut contempler  dans les musées ou les châteaux visités. Ce meuble paraît particulièrement
fin et très stylé. MERCI



Louvre-passion 13/06/2010 11:15



Ce conforte le constat que ce meuble de toilette plaît aux femmes.



AD-Mary44 12/06/2010 16:32



Quelle vie ! Les femmes ont toujours eu beaucoup d'influence et cette femme en est la preuve.


Un vrai roman qui mériterait d'être mieux connu car on n'en connait que les éléments principaux ; aussi ton article est, comme toujours, passionnant.


Merci de nous communiquer ton savoir.  à très bientôt



Louvre-passion 13/06/2010 11:14



Tu as raison sa vie pourrait être le sujet d'un roman, ou d'un film.



Richard LEJEUNE 11/06/2010 21:54



Probablement kitchissime aux yeux de nos contemporains, il n'en demeure pas moins que ce meuble constitue une petite merveille pour cette époque.


 


Sais-tu qui, ou quel atelier, en est le créateur ?



Louvre-passion 12/06/2010 14:55



Moi je le trouve pas si kitsch, quand à l'atelier ou au créateur je n'ai rien trouvé dans la base de donnée du Louvre.



sav 11/06/2010 12:21



on est loin du meuble Ikéa ! pauvre Duchesse... Thiers, c'est aussi celui de la commune de Paris ?



Louvre-passion 12/06/2010 14:54



Eh oui c'est bien le même Thiers, Adolphe de son prénom...



grillon 11/06/2010 10:03



couleurs tendres et sentimentales : lilas, héliotrope, réséda… ah comme il est
agréable de te lire, Louvre-passion, quand tu te fais romantique ! L'histoire de Marie-Caroline, mouvementée, églomisée puis ternie, reflétée par ce miroir,
pourrait être transposée au cinéma ...


Bonne semaine à toi !



Louvre-passion 12/06/2010 14:53



A propos des couleurs à la mode à cette époque je me suis documenté dans une volumineuse histoire du costume.



FAN 11/06/2010 08:59



 Qui de la "coiffeuse" , qui de la duchesse de Berry possède une magnifique beauté? La "coiffeuse" est un ouvrage d'art
inégalable mais cette duchesse qui aurait pu se contenter de se mirer et compter ses rides au fil du temps devant ce miroir est plus belle puisque sa vie ne fut pas mièvre et statique!! Sa fin de
vie ne fut pas luxueuse mais pleine de souvenirs!! BISOUS FAN



Louvre-passion 12/06/2010 14:52



Il vrai que la vie de la duchesse de Berry tient un peu du roman surtout au moment de son coup d'état manqué.