LOUVRE-PASSION

LOUVRE-PASSION

Le blog d'un passionné du musée du Louvre

Matisse, Cézanne, Picasso... L’aventure des Stein

Publié par Louvre-passion sur 21 Octobre 2011, 00:05am

Catégories : #Hors du Louvre

affiche rmnAu début du XXe siècle une famille américaine arrive à Paris. Michael Stein, l’aîné, s’installe avec son épouse Sarah, rue Madame, son frère Léo et sa sœur Gertrude rue de Fleurus. Tous se passionnent pour l’art et la littérature, ils accueillent chez eux toute l’avant-garde artistique et constituent une importante collection d’art moderne qui sera ensuite dispersée. L’exposition organisée par la Rmn-Grand Palais, le Museum of Modern Art de San Francisco et le Metropolitan Museum of Art de New York retrace leur histoire et celle de leur collection.

Arrêtons-nous un instant sur le personnage de Gertrude Stein (1874-1946). Après des études de biologie et de psychologie elle s’installe à Paris en 1903 avec son frère Léo. En 1907 elle rencontre Alice Babette Toklas, une femme de lettres américaine qui deviendra la compagne de toute sa vie. Les ouvrages de Gertrude Stein sont caractérisés par une construction de type cinématographique, faite d’une succession de séquences. Elle accueille à Paris les plus grands noms de l’avant-garde littéraire et artistique tels qu’Ernest Hemingway. Avec son frère elle collectionne très tôt les œuvres de jeunes artistes novateurs, tels Picasso, Matisse et Braque. Elle est l’un des premiers mécènes de la peinture du XXe siècle, notamment du mouvement cubiste naissant.

Une image qui m’a frappé dans cette exposition, c’est cette photo en noir et blanc de l’appartement des Stein, rue de Fleurus, dont les murs sont couverts de toiles de Picasso, Matisse ou Cézanne, certaines toiles à proximité du tuyau d’un poêle à charbon ce qui ferait sans doute s’évanouir tout conservateur qui se respecte.

Dans la fratrie chacun se lie plus étroitement avec un artiste. Sarah et Michael Stein sont proches de Matisse et réunissent une importante collection de ses toiles. Sarah l’encourage à ouvrir une académie pour expliquer son art et fait partie de ses élèves. En 1928 ils s’installent dans une villa qu’ils font construire par Le Corbusier, à Garches, on peut d’ailleurs voir dans un film une tranche de leur vie dans cette architecture moderne. En 1935 Sarah et Michael décident de rejoindre les Etats-Unis face à la montée des périls fascistes. Pour sa part Gertrude Stein noue une véritable amitié avec Picasso qui réalise d’ailleurs son portrait en 1906. Gertrude et son frère accompagnent Picasso pendant l’aventure de la genèse des Demoiselles d’Avignon, ils acquièrent un carnet d’études exceptionnel et le grand tableau «  Nu à la serviette » (1907), plus tard ils ne pourront plus acheter les toiles de Picasso devenues trop chères.

Une section est consacrée au « Samedis des Stein ». Les deux appartements parisiens de la famille deviennent des salons où se côtoient des intellectuels et des artistes français et étrangers qui viennent admirer la collection et se confronter.

Parmi les œuvres exposées, « La Femme au chapeau » de Matisse qui fait scandale au Salon d’Automne de 1905. Léo achète cette toile qui figure en bonne place dans sa collection avant-gardiste. C’est d’ailleurs cette année que naît le mouvement « fauve », nom qui provient d’un commentaire méprisant des critiques d’art comparant la salle où étaient exposées les œuvres à une « cage aux fauves ». Autre toile emblématique de Matisse « le Nu bleu » de 1907.

Au final je suis sorti un peu étourdi par cette floraison d’œuvres. Comme d’habitude je constate que les organisateurs de ces expositions n’ont toujours pas compris qu’il y a des foules de visiteurs et ne font pas grand-chose pour faciliter les flux. Les cartels sont placés au sol, très pratique pour la lecture, et effet bouchon garanti. Quand penseront ils à placer les œuvres un peu plus haut avec des cartels plus visibles pour éviter que les visiteurs soit obligés de s’agglutiner devant les tableaux ?

Commenter cet article

Alain 21/10/2011



Cette expo importante fait partie des nombreuses expos qui fleurissent tous les ans à l’automne dans Paris, dont Cézanne
au Musée du Luxembourg, Fra Angelico à Jacquemard-André et les néo-impressionnistes à Marmottan. Sans oublier Alexandre le Grand au Louvre dont tu nous parleras certainement.


Belle rentrée !



Richard LEJEUNE 21/10/2011



Pour toutes ces prestigieuses manifestations, on en arrivera, malheureusement, à ne plus se déplacer que pour acheter le catalogue en librairie et ainsi "visiter" l'exposition tout à son aise
dans son salon !


Mais alors un autre "problème" se posera : le prix souvent très élevé de ces bouquins d'art !



Stéphanie MAYADE 21/10/2011



Si c'est pour voir (et sentir) mes Kickers piétinées par une foule toujours avide de Picasso et de Matisse, ça ne me donne pas très envie d'y aller ! Je vais peut-être plutôt relire
l'Autobiographie d'Alice Toklas de Gertrud Stein, ce sera plus tranquillou... Et aller à une autre expo à la place de celle-ci (les occasions ne manquent pas).


Je suis bien d'accord sur le prix peu abordable des catalogues !



sav 21/10/2011



une petite escapade hors du Louvre :) merci pour ces explications :)



artigue 21/10/2011



Pour ma part j'ai trouvé très beau et très lumineux "la femme au chapeau" de Matisse: il y a beaucoup de Picasso mais aussi de beaux Picabia...


La collection est belle mais la logistique de ce musée devient inadaptée: les musées aiment ils leurs visiteurs ?....voir sur "louvre pour tous" un article interessant sur ce thème 


 


A bientôt


JA



Stéphanie MAYADE 22/10/2011



Vincent (c'est un peu hors-sujet, mais je ne sais pas où le poster ailleurs), est-ce que tu savais que les auditeurs de l'Ecole du Louvre avaient accès gratuitement à certains musées et expos ?
Je ne sais si tu l'es encore cette année, mais en tout cas, l'info peut servir à d'autres. En revanche, ça ne concerne pas le Grand Palais, où seuls les élèves ont l'entrée gratuite.



FAN 22/10/2011



 Oui, les tableaux se sont que rarement
bien exposés pour tous les visiteurs, mais c'est difficile d'accrocher pour mettre en valeur les oeuvres afin qu'un artiste ne soit pas lésé par rapport à un autre!! Je connais un peu l'histoire
de cette fratrie collectionneuse et merci à elle!!! Si tu t'échappes un peu du Louvre, ne trouves-tu pas que 36euros l'entrée de la FIAC est tout de même un peu fort?????BISOUS FAN



Jean-Louis Gautreau 11/11/2011



Fi de toutes ces petites critiques. Cette exposition est un miracle, ou plutôt le résultat d'un formidabe travail d'enquête pour retrouver les éléments de cette formidable collection familiale.
On bute sans cesse sur des chefs-d'oeuvre.


Les 200 oeuvres présentées (parmi lesquelles beaucoup de pièces majeures !) ne représentent qu'un tiers des oeuvres qui sont passées entre les mains de ces 4 collectionneurs passionnés et
visionnaires. Les 4 Stein, mais aussi Alice B. Toklas.


Ce rassemblement de tous ces chefs-d'oeuvre est époustouflant, inimaginable, quel travail cela a dû demander à l'équipe organisatrice. Après avoir localisé les oeuvres (après de multiples
passages en salles de vente), obtenir l'accord des collectionneurs sur les 5 continents ! Les problèmes d'assurance, les problèmes d'assurance, etc.


Je pense que le rôle joué par cette famille extraordinaire était assez bien connu car devenu légendaire (je savais le rôle joué par Gertrude et Léo, mais j'ignorais celui de Michael et Sarah), en
revanche la localisation de toutes ces oeuvres a dû représenter un travail considérable. L'Historique de certaines oeuvres muséales devaient être conu, mais celles qui se trouvent encore dans les
collections privées ont certainement été difficile à retrouver.


Quelle audace, quelle intelligence, quel oeil chez ces 4 personnes passionnées au point d'ouvrir chaque samedi leurs appartements pour recevoir les amateurs et les artistes. Imaginer les
échanges, les discussions, lors de ces réunions sans doute très animées.


Exposition admirable, sublime ! Certains face-à-face de tableaux sont judicieux.


 


 



fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 16/11/2011



Blog(fermaton.over-blog.com).No.2- THÉORÈME CÉZANNE.


LA GÉOMÉTRIE DE L'ART.



Parisianne 18/07/2013


Voilà, s'il en était besoin, la preuve que les critiques d'art savent donner des noms qui bien qu'initialement péjoratifs finissent par passer à la postérité 


J'ai beaucoup aimé cette exposition très riche mais que de monde et effectivement, qu'il est difficile de lire les cartouches ! 


Anne

Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog