<

Manet, inventeur du moderne

Publié par Louvre-passion sur 6 Mai 2011, 00:05am

Catégories : #Hors du Louvre

Il s'agit de la première manifestation d'ensemble consacrée à Manet en France depuis l’exposition de 1983 au Grand Palais. N’écoutant que mon courage, et désireux de vous faire le compte rendu de cette exposition, j’ai donc bravé la foule du musée d’Orsay. Pour celles et ceux qui souhaitent tenter leur chance je vous signale que, non seulement il y a une file d’attente pour rentrer dans le musée, mais qu’il y en a une autre à l’intérieur pour accéder à l’exposition, mais que ne ferais t’on pas pour ses lecteurs !

Edouard Manet (1832-1883) inspira le mouvement impressionniste, mais s’attacha toujours à préserver son indépendance. L’influence considérable qu’il exerça sur la peinture française et, plus généralement, sur l’art moderne s’explique à la fois par le choix de sujets tirés de la vie quotidienne, par l’utilisation de couleurs pures et par une technique rapide et libre.

Il étudie d’abord la peinture dans l’atelier de Thomas Couture puis multiplie les voyages à l’étranger en Hollande où il admire particulièrement l’œuvre de Frans Hals, et en Espagne où Vélasquez, et surtout Goya influencent beaucoup son propre travail.

Affiche ManetLes premiers tableaux de Manet représentent essentiellement des scènes de genre, souvent d’inspiration espagnole, ainsi que des portraits. Au début de sa carrière il s’inspire de Gustave Courbet, sa technique picturale est franche et directe. En 1863 il expose son célèbre « Déjeuner sur l’herbe » au « Salon des refusés », nouveau lieu d’exposition inauguré par Napoléon III pour accueillir les œuvres rejetées au Salon officiel. La toile de Manet attira immédiatement l’attention du public, mais fut violemment attaquée par les critiques. Salué par de nombreux jeunes peintres qui reconnaissaient en lui leur chef de file, Manet se trouva au centre d’une dispute opposant les défenseurs de l’art académique aux artistes « refusés ». Les peintres impressionnistes Edgar Degas, Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro et Paul Cézanne, subirent l’influence de Manet mais, bien qu’étant leur ami, Manet ne se considéra jamais comme l’un d’entre eux. En 1864, le Salon officiel accepta deux de ses tableaux, et, en 1865, Manet y exposa Olympia (1863, musée d’Orsay, Paris), un nu dont le réalisme peu orthodoxe souleva des vagues de protestations au sein des cercles académiques. A sa mort il laissa plus de quatre cents peintures à l’huile, des pastels et de nombreuses aquarelles.

Le parcours de l’exposition nous montre d’abord l’apprentissage de Manet chez Thomas Couture, sa complicité avec le poète Stéphane Mallarmé qu’il a représenté ici. On arrive ensuite devant le fameux « Déjeuner sur l’herbe » où la présence d'une femme nue au milieu d'hommes habillés sans prétexte mythologique ou allégorique fut jugée obscène à l’époque. Manet s'en amusait d'ailleurs, surnommant son tableau "La partie carrée". Dans le cadre de l’imaginaire érotique du peintre on passe devant « La blonde aux seins nus ». Vient ensuite l’influence espagnole avec ce « Combat de taureau » et « Le balcon » inspiré des « femmes au balcon de Goya », Manet peint la vision d’une scène en pleine lumière quand les reliefs s’effacent. On découvre ensuite quelques portraits de Berthe Morisot une artiste qui rejoint le groupe des indépendants, futurs impressionnistes et fut l’épouse d’Eugène Manet, frère d’Edouard. Au passage j’ai bien aimé « La serveuse de bocks », image de la vie d’une brasserie prise sur le vif. On termine sur Manet et l’actualité de son époque, la guerre de sécession, l’expédition Française au Mexique et la Commune. Ce portrait de Clemenceau peint vers 1880 nous le montre, jeune député avant qu’il ne devienne ministre et « premier flic de France ».

Exposition « Manet inventeur du moderne » au musée d’Orsay jusqu’au 3 juillet 2011.

Commenter cet article

Alain 06/05/2011



Les noirs de Manet…


Au début des années 80, le peintre fit une éblouissante série de portraits au pastel d’amies parisiennes mondaines ou
demi-mondaines qu’il peignait comme des fleurs élégantes. Je pense que le superbe pastel d’Orsay qu’il fit d’Irma Brunner doit être à l’expo : coiffure noire veloutée, corsage rosé sur fond
gris et touche acidulée rouge des lèvres. L’harmonie est totale ! Rien que pour ces pastels, je vais aller voir cette expo.


 



Richard LEJEUNE 07/05/2011



Permets-moi d'être indiscret : combien d'heures de file d'attente en tout as-tu enduré ?


 


Permets-moi d'être pragmatique : peut-on, en fin de journée, venir acheter un billet d'entrée pour une heure précise d'un autre jour et ainsi pénétrer dans l'exposition sans attendre ? 



Richard LEJEUNE 07/05/2011



Oh !  L'horreur !!!


Désolé ...


 


Je reprends : combien d'heures de file d'attente as-tu endurées, est évidemment bien plus correct !


 



Richard LEJEUNE 08/05/2011



Merci pour ce lien et les précisions qu'il apporte ... 



Sushi 08/05/2011



Pour les précisions sur la file d'attente : vous pouvez en effet réserver pour l'expo et vous passerez alors avec un billet coupe-file (moins d'attente pour l'entrée dans le musée, mais un peu
quand même) ; voyez le site d'Orsay pour cette démarche particulière.


Maintenant, un agent d'accueil, devant mon écoeurement à la vue de la file d'attente, m'a conseillé de venir à 18h, où il n'y a presque personne (ce qui n'est valable que les jeudis, jours des
nocturnes). Ou de venir juste avant l'ouverture à 9h30. Comme je ne pouvais faire ni l'un ni l'autre (et que je n'allais d'ailleurs pas voir l"expo Manet mais celle sur les préraphaélites), et
que mon train avait du retard le jour de ma visite, je suis arrivée un jour à 10h25 et j'ai attendu environ 40-45 mn. Comme je ne passais pas en caisse et que je n'allais pas voir l'expo Manet,
mon calvaire (relativement limité) s'est arrêté là. Mais il m'a semblé que l'ahat du billet était assez rapide et que la file pour l'expo devait bien durer 1/4 d'heure. Bref, si vous arrivez en
pleine affluence (et que vous n'attendez pas les denriers jours), comptez bien 1h d'heure d'attente.



Sushi 08/05/2011



Argh, je n'ai pas été du tout claire : je précise que, pour ma part, je n'avais pas de billet coupe-file pour l'expo que j'allais voir (si je ne paye pas l'entrée, c'est pour d'autres raisons).
La file de 40 mn dehors, c'est pour ceux qui n'ont pas réservé et qui doivent acheter leur billet en caisse.



JA 08/05/2011



Bonjour, il est posssible aussi de'acheter une carte à l'année et pas de file d'attente, c'est vrai qu'il vaut mieux habiter Paris et être en retraite pour l'amortir.


Merci pour votre partage de visite


A bientôt


JA



FAN 09/05/2011



 Merci de nous faire part de l'expo
de Manet!! Peu de gens le connaissent vraiment, ils font souvent l'erreur Monet/Manet!!! Manet aime plus les personnages que les paysages et un brin provocateur qui lui a valu quelques
rebuffades!Perso, j'adore les jolies visages qu'il offre à ses modèles!! BISOUS FAN



AD-Mary44 devenue 49 12/05/2011



Merci de cet article qui donne vraiment une idée sur l'exposition et sur l'artiste. Il est vrai que certains tableaux m'étaient familiers sans pouvoir les attribuer à Edouard MANET ; désormais
grâce au catalogue sorti grâce à cet exposition et à ton article, j'en sais beaucoup plus. MERCI



Articles récents

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog