Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

<

Deux tableaux, deux histoires

Publié par Louvre-passion sur 3 Novembre 2014, 00:05am

Catégories : #Hors du Louvre

Lors d’une visite au musée des Augustins de Toulouse j’ai été frappé par deux tableaux contigus de Jean-Paul Laurens, « Saint Jean Chrysostome et l'impératrice Eudoxie » et « L'agitateur du Languedoc ».

Avec « Saint Jean Chrysostome et l'impératrice Eudoxie » nous sommes transportés à Constantinople, à la charnière des IVe et Ve siècles de notre ère dans un empire Romain d’Orient qui brille de tout son éclat pendant que la partie occidentale de l’empire se morcelle sous l’emprise des barbares.

Saint Jean Chrysostome et l'impératrice Eudoxie

Saint Jean Chrysostome est le fils d’un haut fonctionnaire de l’empire, il reçoit une excellente éducation classique. Il est ordonné prêtre puis nommé prédicateur par l’évêque d’Antioche. Très vite il s’impose par ses talents oratoires qui lui valent le surnom de « Chrysostome » ce qui veut dire « bouche d’or » en Grec. Nommé en 398 Patriarche de Constantinople, il se heurte à l’impératrice Eudoxie une femme ambitieuse qui aime les fastes, les plaisirs et scandalise les chrétiens. Exilé par l’impératrice, Saint Jean Chrysostome, revient à la faveur d’un mouvement populaire mais est exilé à nouveau et meut d’épuisement. La mort de l'impératrice, survenue peu après, apparut alors comme un châtiment divin.

Le tableau joue sur les contrastes, au premier plan, le saint harangue l’impératrice de sa chaire en bois et laisse éclater sa colère marquée par son poing tendu. Au fond l’impératrice Eudoxie est figée et porte son regard bien au-delà du prédicateur qui l'interpelle depuis sa chaire.

« L'agitateur du Languedoc » évoque la répression menée contre les Cathares. On sait peu de choses sur cette doctrine, venue d’Orient au XIe siècle. Elle considérait qu’il existe deux mondes, notre monde crée par Satan où règne le mal, et un monde du bien, spirituel et lumineux, pour y parvenir l’âme devait expier ses fautes au cours de différentes existences. Pour les Cathares le démon avait faussé l’œuvre du Christ, l’église catholique était une fausse église corrompue et la croix ne devait pas être vénérée car elle fut l’instrument du supplice du Christ. Eux-mêmes ne désignaient pas comme Cathares mais comme « croyants » pour les convertis et « bons hommes » ou « parfaits » pour les prédicateurs qui avaient fait vœu de pauvreté et de chasteté.

Ce mouvement se développa dans le midi dont la civilisation était urbaine et ouverte. Le terrain était favorable car l’église d’alors était corrompue, certains prêtres vivaient en concubinages, d’autres tenaient des tavernes et certains taxaient les services religieux (messes, baptêmes..). Les missionnaires Cathares austères et vertueux, n’eurent aucun mal à convertir les fidèles scandalisés par les abus de l’église. De leur côté, les femmes furent sensibles au côté égalitaire de la doctrine car il existait aussi des « parfaites ». Au début du XIIIe une partie la classe dirigeante du midi se rallie aux Cathares, certains nobles avec l’arrière- pensée de s’emparer des biens de l’église.

Pour le pape Innocent III (1160 – 1216) champion de la théocratie, l’extension du catharisme est un danger politique majeur. L’assassinat de son légat en 1208 est le prétexte de son appel à la croisade. En 1209 une armée de 20.000 combattants envahit le Languedoc et met le siège devant Béziers dont la population – composée en majorité de catholiques - est massacrée. L’abbé de Cîteaux qui accompagnait la croisade aurait alors dit cette phrase terrible : « Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens ». Après la croisade le système policier de l’inquisition est mis en place et les Cathares entrent en clandestinité.

Le dernier épisode est la prise de la forteresse de Montségur en 1244, dernier refuge des Cathares. Par la suite le Catharisme, privé de chefs et de prédicateurs, survit partiellement dans la clandestinité avant de disparaître au XIVe siècle.  

Agitateur du LanguedocAu lieu de donner le point de vue des Cathares, Jean-Paul Laurens évoque la dénonciation des excès de l’inquisition par un membre de l’église catholique, le moine franciscain Bernard Délicieux, qui paya de sa vie son attitude courageuse. On retrouve le même contraste, le moine vêtu de sa bure franciscaine lève un bras vengeur vers ceux qui l'accusent. Face à lui les représentants de l’église officielle apparaissent bornés, indifférents ou le visage masqués par leurs capuchons tandis que le grand inquisiteur vêtu d’hermine est scandalisé par le propos du franciscain.

Dans ces deux tableaux transparaît la personnalité de Jean-Paul Laurens (1838 - 1921) artiste Languedocien connu pour ses convictions républicaines et anticléricales. Les personnages de Saint Jean Chrysostome et Bernard Délicieux expriment sa défiance vis-à-vis des institutions sans contrôle ainsi que son sentiment régionaliste.

Commenter cet article

Richard LEJEUNE 15/03/2013


L-p hors du Louvre !


Inattendu !


Mais combien intéressant !


 


     Voici un artiste que, grâce à toi, je découvre complètement : même si, personnellement, je le trouve quelque peu théâtral, traitant ces deux toiles avec une
grandiloquence gestuelle certaine à laquelle nous ne sommes plus habitués, - et qui se répète de l'une à l'autre -, il a grandement retenu mon attention par le regard qu'il porte à la fois sur le
pouvoir et sur les institutions religieuses.


 


Fût-ce son terrain de prédilection ? 


Stigmatisa-t-il son temps avec des toiles évoquant des faits contemporains ou choisit-il comme ici des événements bien plus anciens pour symboliquement dénoncer son époque ?  


Qui était-il vraiment ?


Autant de questions qui me viennent immédiatement à l'esprit.


 


L'intérêt de semblable article réside dans le fait qu'au-delà de ce qu'il m'apprend déjà, il titille mon envie d'en savoir plus et, partant, m'invite à visiter le Net pour "rencontrer" plus en
profondeur ce peintre et son art ...  


 

Sylvie 15/03/2013


Superbe rapprochement.


Merci pour les contextes historiques qui éclairent les deux tableaux. Un petit tour dans Wikipedia nous apprend que l'oeuvre de J.Paul Laurens était surtout de la peinture d'Histoire - le genre
le plus noble pour l'Académie de Beaux-Arts.

JA 15/03/2013


Merci


je connais ces tableaux et ce musée: ce peintre natif du Sud Ouest a aussi peint des tableaux dans la salle des illustres du Capitole à Toulouse: j'aime bien les détails, la perspective et les
tons de couleurs dans ces tableaux.


MErci pour les infos historiques


 


A bientôt


JA

PASSION SCULPTURE 18/03/2013


Un musée au charme sans pareil. Je me souviens d'une vierge qui a été restaurée, mais cela fait longtemps et il est vrai que je n'avais pas fait le rapprochement entre ces deux tableaux - je ne
suis pas observatrice et certainement un peu "obsédée" par le sculpture ; aussi, c'est un vrai plaisir de lire des articles comme les tiens. J'avais dû réaliser un article sur cette vierge, mais
ce devait être sur orange. Il faut que je fasse des recherches et c'est le grand plaisir de visiter les blogs comme le tien.  MERCI, merci beaucoup et à bientôt. bien amicalement

FAN 10/04/2013


 Intéressants tableaux et belle
recherche historique qui montre bien les pensées de ce peintre académique!!Je découvre et me demande si ces tableaux furent des "commandes"?? je vais chercher!! Merci à toi!! BISOUS FAN

Mario 28/08/2014

Ce tableau est tout bonnement magnifique !

Recent posts