Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

<

Le Louvre pendant la guerre – regards photographiques

Publié par Louvre-passion sur 14 Mai 2009, 23:05pm

Catégories : #Généralités

Comment le Louvre a-t-il traversé la sombre période de la seconde guerre mondiale et de l’occupation ? Dans son «Dictionnaire amoureux du Louvre» Pierre Rosenberg écrit : « On est en revanche médiocrement renseigné sur le Louvre durant l’occupation allemande. Que voyait on ? Quelles salles étaient demeurées ouvertes ? Pour qui ? … ».


Dans un précédent article je vous avais raconté comment les œuvres avaient été sauvegardées grâce à un plan d'évacuation du Louvre et d'autres musées dans 72 dépôts répartis en province. Ce plan mis au point par Jacques Jaujard, directeur des musées nationaux de 1940 à novembre 1944 permis de sauvegarder les œuvres d’art des bombardements et des pillages de l’occupant.

L’exposition « Le Louvre pendant la guerre – regards photographiques 1938 – 1947 » nous fait découvrir autour de 56 photographies le quotidien du musée à cette époque. Elle rassemble le fonds du photographe Pierre Jahan acquis par le musée en 2005 et des documents retrouvés dans les archives allemandes.

 

On découvre tout d’abord des images de l’évacuation des œuvres, la Vénus de Milo et la victoire de Samothrace dans des armatures de planches, les peintures roulées ou mises en caisses, les camions dans la cour Napoléon. On apprend ainsi que, pour les œuvres les plus volumineuses, les camions servant à transporter les décors de la Comédie Française furent utilisés. Au début de la guerre les convois de 5 à 8 camions regroupèrent la plupart des œuvres à Chambord. La Joconde eut droit à un traitement spécial, recouverte de papier ignifugé et de papier imperméable, emballée dans une mallette, sa caisse était immatriculée LP0 pour Louvre Peintures code zéro.


Dès septembre 1940 le musée est ouvert à la demande des autorités allemandes. Une photo de propagande montre les dignitaires nazis réunis à l’occasion. Le musée est alors méconnaissable, la plupart des salles sont fermées, on y voit peu de choses, des pièces trop volumineuses pour être évacuées, des sculptures et des moulages, notamment celui de la Vénus de Milo. Des sacs de sable protègent des zones du musée, dans les salles des peintures il n’y a que des cadres vides. Pour faire face au manque de nourriture des plants de tomates sont aménagés dans les jardins de la colonnade. Pour les nazis, la France occupée doit être un grenier à blé et un parc d’attraction pour les soldats en permission, l’exposition nous montre ainsi un plan et un extrait de guide qui leur était destiné. Une partie du Louvre est transformé en zone de tri des biens artistiques confisqués aux juifs, cette enclave allemande est interdite au français. Mais des employés du musée réussissent à l'espionner et dresser une liste des œuvres spoliées.

A la libération le Louvre échappe aux bombardements, on voit cependant la photo d’un chasseur anglais abattu tombé sur les grilles de la colonnade, la 2e DB de Leclerc livre des combats aux Tuileries et la cour carrée sert de prison pour les allemands capturés.

Le 25 octobre 1945 le Louvre libéré est ouvert officiellement mais le retour à la normale se fait sur deux années, les routes coupées et le manque de carburant ralentissent le retour des œuvres et il faut rénover et nettoyer les salles.

 

J’ai visité cette exposition le 8 mai et le Louvre était pavoisé de drapeaux Français pour l’anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale, l’occasion de se souvenir que notre drapeau fut interdit pendant ces quatre longues années d’occupation.


 

Commenter cet article

Sylvie 30/05/2009 11:55

C'est effectivement une exposition très intéressante, avec des photos inattendues. J'ai été impressionnée par la salle où étaient stockés les cadres vides, soigneusement numérotés et fichés (et il n'y avait pas Excel !), le guide en allemand pour visiter les salles d'égyptologie, les  prisonniers allemands parqués dans la Cour Carrée...

Louvre-passion 31/05/2009 11:49


Oui on découvre quelque chose de méconnu pendant cette période où, on en s'en doute, les gens devaient avoir d'autres préoccupations que d'aller au
musée.


coming+soonn 26/05/2009 14:15

vivement que j'aille la voir, tout ce que je lis dessu me met l'eau à la bouche!!!

Louvre-passion 27/05/2009 21:13


J'ai presque en vie de dire "bon appétit !"


sieglind+la+dragonne 26/05/2009 07:43

Nan, j'me suis mal exprimée, je ne dis pas qu'on a entreposé des oeuvres à Bordeaux, mais que Bordeaux a  "expatrié" certains de ces trésors dans des barraques environnantes (du côté de Cubzac ou de Pessac il y a des demeures assez cossues mais planquées pour les avoir reçues en pension)Allez, je file, un p'tit coup de lecture chez les autres... et après deux ou trois rounds avec mon sac de frappe, je m'attaque à ma journée bidouilles et cogitations (vi, t'es pas à l'abri d'un article de ma part, mais quand... hé, hé)

Louvre-passion 27/05/2009 21:08


C'était donc la "petite évacuation" des oeuvres de Bordeaux.


Jean-Louis+Gautreau 25/05/2009 16:04

J'avais hâte de voir cette expo de photos consacrée aux pérégrinations extraordinaires des oeuvres pendant la guerre.J'ai à la fois été intéressé et aussi un peu déçu.J'avais lu un livre passionnant sur le pillage des oeuvres d'art en Europe, par les Allemands pandant la Seconde Guerre mondiale : "Le Pillage de l'Europe", par Lynn H. Nicholas (Seuil, 1995).Ce livre se lit comme un roman d'aventure avec un luxe de détails étonnants.Il est bien sûr fait allusion au Louvre.L'expo tourne trop autour du Bâtiment "louvre". J'aurais voulu voir les photos des oeuvres en exil : Le Voltaire de Houdon dans les caves de Saint-Sulpice - je me souviens avoir vu une photo étonnante prise, je crois, devant le château de Chambord, où la caisse contenant la Joconde est posée sur la pelouse, et les responsables ouvrent la caisse pour vérifier l'état du tableau.Il ya certainement d'autres photos des oeuvres du Louvre en exil.Rose Vaillant a joué un rôle capital au Jeu de Paume. Le soir, elle emmenait chez elle les négatifs des photos d'archives prises par les nazis, et les faisait développer par un ami. J'aurais voulu en voir plus...

Louvre-passion 25/05/2009 21:38


Pour ma part j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de documents inédits. Effectivement l'exposition aurait pu être plus complète mais de nos jours il y a toujours
des droits à payer pour exposer telle ou telle chose et il a sans doute fallu faire des choix.


sieglind+la+dragonne 25/05/2009 08:17

Cette expo j'aimerais la voire ! Sais pas si j'aurai le temps par contre, les mois d'été sont fort occupés, mais si un catalogue a la bonne idée de paraître... je me précipite ! (virtuellement parlant) pour le commander, tout comme j'ai commandé le Sorolla et Sargent issu de l'expo que j'ai loupée également (pfff ! marre d'être à Perpètes-lès-QUenouilles pour ce genre de manifestations moi !)Pour Bordeaux, il me semble bien avoir vu un truc dans le genre quand on y vivait avec la famille, tous les grands musées même régionaux ont dû planquer les meubles pour éviter les prises de guerreDire que s'il n'y avait pas eu un Von Choltitz pour désobéir à Adolphe, Le Louvre aurait eu à subir bien des outrages puisqu'il voulait raser la Capitale... Remarques que durant les guerres des deux derniers siècles, les statues en métal de la cité ont payé un lourd tribu à l'effort de guerre,misère va ! Au reste, maintenant... je me fais fort de rattraper piano mais sano mon retard, comme tu le vois.

Louvre-passion 25/05/2009 21:29


Pour Bordeaux je n'ai pas lu que des oeuvres y aient été entreposées, aux villes avaient été préférés les châteaux campagnard qui avaient moins de chances
d'êtres bombardés (la grande hantise vers 1938).


grillon 17/05/2009 15:42

Dommage que le catalogue soit trop cher ... mais qui sait, un achat compulsif plus tard s'il existe encore en vente ! Un sujet fort intéressant.Les musées allemands ont fait la même chose, on le sait peut-être moins ... certains conservateurs anti-nazis avaient lu Mein Kampf avant la guerre et savaient ce qui allait arriver, ils ont clandestinement fait bâtir des caves blindées pour abriter les oeuvres d'art.

Louvre-passion 17/05/2009 17:57


Intéressant parallèle entre la défense de l'art en France mais aussi en Allemagne.


Alain 17/05/2009 12:20

Quel courage a eu cette femme, Rose Valland, pendant l’occupation allemande !
Elle notait sur des fiches les mouvements des œuvres, récupérait des documents dans les poubelles, prévenait la Résistance sur les convois à venir. Elle renseigna même les américains à la fin de la guerre pour éviter des bombardements sur les sites de stockage.
Merci Rose.
 

Louvre-passion 17/05/2009 17:55


Merci à elle et à toutes celles et tous ceux qui firent des choix souvent périlleux, nous leur devon beaucoup.


coming+soonn 17/05/2009 00:49

j'ai déjà prévu de la faire cet été. Je suis sure qu'elle va être vraiment très interessante.

Louvre-passion 17/05/2009 11:04


Oui on découvre tout un tas de faits méconnus (les sacs de sable, les cultures dans les jardins, les abris...).


sav 15/05/2009 12:20

ils ont bien fait de cacher les oeuvres, sinon le gros maréchal aurait tout emmené !

Louvre-passion 15/05/2009 22:15


C'était le vautour du régime...


Richard LEJEUNE 15/05/2009 10:02

Une très intéressante exposition, semble-t-il à te lire ...J'espère qu'un catalogue l'accompagne qui me permettra ainsi de très probablement retrouver et ces photos et les images de l'extraordinaire documentaire que la télévision française avait diffusé voici quelques années, et dont je t'avais touché un mot lors de ton article sur la porte Jaujard ...   

Louvre-passion 15/05/2009 22:14


Bien sûr il y a un catalogue, mais comme toujours il s'agit d'un "pavé" assez volumineux et très (trop) cher à mon goût.


Lyliana 15/05/2009 08:20

J'ai appris, il y a peu, ce "grand déménagement" des oeuvres et est découvert un pan de l'Histoire peu connu...ainsi que l'intéressante biographie de Rose Valland et ce qui s'est passé au Jeu de Paume. Une exposition originale.

Louvre-passion 15/05/2009 22:13


Une exposition sur un pan d'histoire méconnu de ce musée.


Articles récents