Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

<

L'exposition Babylone

Publié par Louvre-passion sur 4 Avril 2008, 00:05am

Catégories : #Antiquités

 


"Babylone", c'est un nom chargé de mythes et d'images : la Tour de Babel, les "jardins suspendus" et puis des noms de souverains qui sont entrés dans la légende : Hammourabi, Nabuchonodosor, Sémiramis.... Avec cette exposition, le Louvre nous montre cette cité sous ces deux aspects, la réalité et la légende.

Avant toute chose il faut savoir que Babylone, comme Troie, fut longtemps considérée comme une cité mythique. Ce n’est qu’en 1852 qu’une expédition scientifique Française établit un relevé des ruines. La ville est ensuite fouillée par une mission archéologique Allemande entre 1899 et 1917.

La première partie de l’exposition est consacrée à la Babylone historique avec des pièces archéologique du Louvre et d’autres musées. Parmi toutes les pièces j’ai remarqué cette plaque en relief appelée la « reine de la nuit » elle représente une déesse ailée identifiée comme Ishtar ou Ereshkigal qui règne sur les enfers. Il y a également des « kudurru » (des stèles) dont le sommet est sculpté et le fameux code d'Hammourabi premier grand roi de Babylone entre 1792 et 1750 avant notre ère. L’exposition s’intéresse ensuite au règne de Nabuchonodosor II qui régna de 605 à 562 avant notre ère. Ce grand conquérant permit à Babylone de dominer le Proche Orient. En 587 il prend et détruit Jérusalem et déporte une partie de la population Juive. Sous son règne Babylone devient une « cité impériale » qui s’étend sur plus de mille hectares, le fleuve Euphrate canalisé traverse la ville. Une salle nous rappelle les splendeurs de cette cité, les murailles et la « porte d’Ishtar » symbole de sa puissance. Cette porte longue de 48 mètres et haute de 30 mètres était l’aboutissement d’une voie triomphale, elle était décorée de panneaux de briques à glaçures colorées représentant des lions que l’on retrouve sur l’affiche de l’exposition. Il y avait aussi le palais de Nabuchonodosor agrémenté de jardins en terrasse descendant jusqu’au fleuve peut être à l’origine des fameux « jardins suspendus ». Enfin il y avait le sanctuaire du dieu Marduk avec la ziggourat ou tour à étage appelée Etemenanki ce qui se traduit par « maison du fondement du ciel et de la terre ». Les Juifs déportés, frappés par cet édifice donnèrent sans doute naissance à ce moment à la légende de la tour de Babel.

L’exposition nous présente ensuite la Babylone mythique sous ses deux aspects. La ville symbole d’orgueil et de démesure, symbolique transmise par la Bible. La ville immense et monumentale qui a laissé un souvenir émerveillé dans la tradition classique notamment chez les Grecs à l’époque où la ville n’était plus qu’un souvenir. Ainsi la fameuse « Sémiramis » qui serait la reine des jardins suspendus est, dans la réalité historique une reine d’Assyrie. Une salle est consacrée à la Tour de Babel. Selon la Bible les hommes décidèrent un jour de bâtir une tour capable d’atteindre le ciel, Dieu les punit alors en introduisant la confusion des langues. Une série de tableaux décline ainsi les aspects de cette légende. Avant la salle consacrée aux fouilles, l’exposition s’achève sur une vision de Babylone qui exploite les thèmes de la décadence et de la chute des empires. On y voit l’esquisse faite par Delacroix de la « mort de Sardanapale », le « festin de Balthazar » de John Martin le plus kitsch est un tableau de Georges Antoine Rochegrosse intitulé « la fin de Babylone » le scène représente au premier plan une scène d’orgie avec des femmes nues étalées un peu partout et au loin on distingue une foule de gens qui mettent le feu à la ville.

Pour finir avec cet article, je vous engage à visiter le site internet de l’exposition.


Commenter cet article

Richard LEJEUNE 05/04/2008

Excellente initiative que celle d'attirer notre attention sur cette, semble-t-il, prestigieuse exposition.Mais quel dommage que déjà elle se termine en début juin.Sais-tu si une "délocalisation" est prévue vers le Plat Pays ? Le Louvre est-il coutumier de ce genre d'expérience, comme parfois avec les expositions internationales qui se déroulent au Grand Palais ?Sinon, il faudra bien que je décide de prendre le temps de descendre à Paris ("monter", disent chez nous les artistes qui veulent accroître leur notoriété).AmicalementRichard 

sav 06/04/2008

de Nabuchodonosor, je ne connais que la bouteille de Champagne. Mais je file sur le site de l'expo pour en savoir plus :)

Gatana 06/04/2008

Les premières salles étant
bondées, j'ai « sauté »
celles-ci, où les grappes étaient beaucoup trop
serrées. J'ai tout de même constaté que beaucoup
de pièces avaient été « descendues »
(du rez-de-chaussé »), ce qui est logique.
Toutefois, la Mésopotamie a été
plus particulièrement fouillée par les archéologues
allemands (ce qui explique certains termes techniques qui ont
intégrés le vocabulaire des professionnels
internationaux). Aussi, beaucoup de pièces, tablettes...
généreusement prêtées par les musées
d'Outre-Rhin, ont pu être insérées dans le suivi chronologique.
J'ai eu le temps de remarquer,
néanmoins, la petite statuette d'une femme aux bras articulés
! (que l'on retrouve sur le site du Louvre).
Pour ma part, j'ai été
« détournée » par une salle à
laquelle je ne m'attendais pas : les manuscrits ! Magnifiques !
Dont
une thora de – 600 écrite à Babylone même.
Quant à notre propre littérature du Moyen Age, j'ai
découvert l'extrême importance de cette cité.
Notamment, dans les enluminures, où même hors du
contexte (narration d'une anecdote sur Babylone), l'auteur intègre
dans ses enluminures une représentation de Babylone, ou d'un
élément de Babylone (le site du Louvre dédié
à cette exposition, survole cet aspect, ce que je trouve
dommage).
Le temps passe, et malheureusement j'ai
un peu springté les peintures : un arrêt sur un tableau
Renaissance (prêté par un musée, Boston, je
crois). Des eaux-fortes, des dessins, toiles, peintures, et le kitch
du kitch !
Heureusement je suis une privilégié
(Ile-de-France), super-privilégiée (carte magique),
donc j'y retournerai, et très certainement plusieurs fois.
Un grand merci aux Commissaires de
cette superbe exposition, et aux musées qui ont permis la
réunion de tant de merveilles.
Et, faut-il, le répéter,
merci à Alamont.

sieglind la dragonne 07/04/2008

Belle expo, mais hélas, je n'y suis pas, dommage, mais je n'ai pas assez de temps en ce moment, et pour faire de la besogne ménagère courante alors pour le "cutlurel" pfff !Pour la description d'Ishtar, ça me rappelle ce démon ailé (deux paires d'ailes par contre) qu'on voit dans L'Exorciste, Pazuzu...J'ai adoré la description de la scène orgiaque du kitschissime tableau (que je vais tâcher de trouver, j'aime ça, le kitsch hé, hé) les nanas "étalées" comme poisson à l'étal, ça doit donner !Bises Atalmont et je file encore une fois comme l'éclair, plus de temps et pour quoi que ce soit, c'est couru, on me pique des heures dans mon dos !

Alain 08/04/2008

Comme tu sais, j’ai vu l’expo… fatigué… le jour de notre visite.
Je n’ai rien à rajouter à ta note très claire sur ce vaste sujet mythique : Babylone. J’ai vraiment été impressionné par la superbe frise des lions.
 

grillon 08/04/2008

J'étais heureuse de pouvoir compenser ma non-visite de l'expo par l'émission " B comme Babylone " qui est passée sur Arte dimanche soir ( le lien du Louvre que tu donnes indique qu'on peut acheter ce DVD à 28euros ) , et j'ai programmé l'enregistrement. Hier soir, toute contente, je m'apprête à regarder ce film, et là, horreur, pas d'image ! Mon matériel a cafouillé, mauvaise connection sans doute ... Enfin, je me console par ton compte-rendu bien fait. Merci !

Gatana 11/04/2008

Rectifications de mon message
précédent, plein de bêtises.
Faut dire que d'habitude je
photographie les petites explications, et là ! Poufff ! Que
mes mains dans les poches et mon neurone alternatif. La vie est dure
parfois.
Donc, la talmud en – 600 ! n'importe
quoi ! En fait, il s'agit d'une compilation vers 1100 des écrits
d'un Rabin ayant vécu fin Ve de notre ère à
Babylone.Tableaux : Rochegrosse, je l'ai trouvé
! M'enfin !
http://www.rfi.fr/culturefr/articles/099/article_64312.asp
bon d'accord, c'est petit, mais quand
même !!! L'article, d'ailleurs, n'est pas inintéressant.
Du même coup, je me suis
renseignée « pouquoi que deux petits mois ?».
Selon la personne du Louvre qui m'a répondue, cette exposition
aurait vocation à voyager. Ah oui, encore un détail :
certaines pièces n'ont jamais quitté leurs musées
qui refusent normalement tout prêt !

Alain-anjalika 25/04/2008

Bonjour!!Voilà qui me ramène à ma première année de collège, c'est pas tout jeune la 6ème! Depuis je n'ai jamais cessé d'être fasciné par ces civilisations méditerranéennes.Bon WE, le soleill est là!! 

Recent posts