Vendredi 14 mars 2008 5 14 /03 /Mars /2008 00:05
Ayant publié un article consacré au tableau "les deux cousines" de Watteau, j'ai reçu ce commentaire de Richard Lejeune me disant en substance qu'ayant vu à Berlin, au Musée Charlottenburg, "L'Embarquement pour Cythère", réplique autographe du "Pèlerinage à l'île de Cythère", il préférait celui-là à celui-ci. Le commentaire se poursuivait ainsi Louvre-Passion : à quand un article de votre part, avec photos à l'appui, des deux oeuvres ??? Pour ma part j'ai répondu Un article, pourquoi pas ? Mais également pourquoi pas une contribution de votre part ? J'ai déjà fait des "échanges" c'est toujours intéressant.

L'auteur ayant relevé ce défi, je vous propose son article sans plus tarder.

undefined

 Le Pèlerinage à l’île de Cythère (1717) - huile sur toile (194 x 129)
Paris - Musée du Louvre - Aile Sully - Deuxième étage - Salle 36 

A l’été 1712, Antoine Watteau (1684-1721) est agréé à l’Académie de Peinture et de Sculpture de Paris, celle-là même qui avait été mise sur pied lors de la régence d’Anne d’Autriche, en 1648, sous la protection de Mazarin et que le peintre Jacques-Louis David n’aura de cesse de faire dissoudre en 1793. (A la Restauration, elle fut remplacée par l’Académie des Beaux-Arts et, en définitive, appelée Institut de France).

L’Académie donc lui demande de présenter une oeuvre de réception qui, exceptionnellement, et à l’inverse de ce qui se passait auparavant, ne sera entachée d’aucune “censure” quant au choix du sujet. 

Le 28 août 1717, à la suite de maints rappels à l’ordre et, par parenthèses, deux mois après l’expiration du dernier délai qui lui avait été signifié, Watteau présente finalement ce qui constituera un de ses chefs-d’oeuvre. Dans le registre de l’Académie, le tableau entre sous le titre Le Pelerinage à l’isle de citere. Par la suite, biffé à même ce document officiel, il devint Une feste galante. 

A l’époque de Watteau, le thème du pèlerinage à Cythère est très en vogue. Et le peintre, précisément, en début de carrière, l’exploita à plusieurs reprises. (Rappelons que Cythère, au sud-est du Péloponnèse, fait partie des îles grecques de la Mer Égée sur laquelle, selon la mythologie, Aphrodite aurait abordé, née de l’écume des flots. Elle offre en outre la réputation symbolique d’être l’île des plaisirs amoureux). 

Très en vogue, mentionnais-je, à un point tel que, et pour appuyer un commentaire ici déposé par Grillon, le théâtre lui-même s’en était emparé avec, notamment, une pièce de Florent Carton, dit Dancourt, Les Trois cousines, vaudeville qui se terminait par ces vers : 

Venez à l’île de Cythère
En pèlerinage avec nous
Jeune fille n’en revient guère
Ou sans amant ou sans époux”.
 

L’époque de Watteau ? La Régence de Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV décédé en 1715 et dont le successeur, Louis XV - son arrière-petit-fils, alors âgé de 5 ans -, était alors trop jeune pour régner.

L’époque de Watteau ? Un temps où nobles et riches bourgeois aiment rien tant que s’amuser et offrir des fêtes dans les parcs de leurs propriétés aux confins de Paris : Versailles, Saint Cloud, Sceaux ...

Et c’est bien de cela qu’il s’agit ici. Dans un large paysage vaporeux encadré comme une scène de théâtre - (le théâtre, par parenthèses, constituant avec la fête galante les deux thèmes de prédilection de l’artiste) - : à gauche, l’à-pic d’un rocher, à droite de luxuriantes frondaisons et la statue d’Aphrodite, Watteau a placé, en plans successifs, richement vêtus d’habits aux teintes à la fois chaudes et chatoyantes, plusieurs couples dans différentes poses traduisant le mouvement : sur un léger surplomb, à l’avant-plan, un premier, assis sous le regard de la déesse, converse amoureusement, un autre se relève et un troisième s’apprête à descendre vers l’embarcation à peine visible au pied du rocher en contre-bas, alors que déjà, d’autres couples s’en approchent, tandis que d’autres encore sont sur le point de monter à son bord.

Et à l’arrière-plan de cette composition finalement très décentrée, un paysage brumeux, mystérieux mais relativement lumineux.

Je sais pertinemment bien - et Pierre Rosenberg dans la notice qu’il rédige pour cette oeuvre dans son Dictionnaire amoureux (pp. 899-903) le rappelle judicieusement -, qu’il y a près de 40 ans que les historiens exégètes, à la suite d’un article très remarqué de l’ancien directeur de la National Gallery de Londres, Michael Levey, ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord : Watteau a-t-il peint un départ, joyeux, pour Cythère ? Ou un retour, empreint de mélancolie ? Mais est-ce vraiment là l’essentiel ?

Certes, égyptologue de formation, et grand amateur d’art quel qu’il soit, mais nullement spécialiste de Watteau, ce qui me touche ici, c’est la virtuosité avec laquelle un artiste a pu traduire toutes les palpitations, toutes les fluctuations du sentiment amoureux; et peu me chaut de savoir si c’est avant de s’embarquer pour l’île grecque ou après y avoir connu d’intimes moments.

Je serais toutefois tenté d’être en parfait accord avec Rodin quand il estime qu’il s’agit ici de la transposition poétique et picturale du thème de la jeune femme, hésitante, malgré les tendres sollicitations de son amoureux; puis consentante, mais regardant encore en arrière avant de se décider à embarquer. Et à mes yeux, ces trois couples sur le petit monticule de l’avant-plan seraient ainsi une sorte de démultiplication d’un seul et même, à trois états successifs de la réflexion féminine ...

Et la copie autographe ? Et L’Embarquement pour Cythère du musée de Berlin ? Car c’est de là que nous étions partis quand Louvre-passion, le concepteur de ce blog, sur une mienne proposition de rédiger une note là-dessus me retourna la demande.

Watteau, en effet, un an après avoir réalisé la toile actuellement au Louvre, en peignit une seconde, vendue par la suite à Frédéric II de Prusse.

  undefined

L’Embarquement pour Cythère (1718) - huile sur toile (194 x 129)
Berlin - Musée de Charlottenburg

Les deux reproductions insérées dans ce modeste article sont pour moi suffisamment éloquentes. Et je ne m’attarderai point sur les différences de couleurs : nous savons tous que plusieurs paramètres, sur le Net, sont susceptibles d’intervenir pour nous en fausser la perception.

L’idéal serait de se rendre et à Paris, et à Berlin ...

En attendant, je me contenterai - au risque, peut-être, de choquer les spécialistes que d’aucuns, ici, sont, de toute évidence -, de simplement faire remarquer que l’oeuvre de Berlin est plus achevée, plus complète, plus détaillée : comparez, entre autres, les deux Aphrodite, ou les deux embarcations. Plus technique aussi, peut-être, plus élaborée, plus construite : la verticalité du tronc d’arbre, pour ne citer qu’un détail, est ici parallèle à celle de la mâture de la barque. Pour être tout à fait honnête et ne rien celer, j’ajouterai que j’ai lu ici ou là que cette technique plus maîtrisée enlevait tout élan juvénile à l’oeuvre : cet élan juvénile qu’aurait donc possédé Watteau un an auparavant et qu’il aurait si rapidement perdu ?

A vous, lecteurs de faire votre choix ... si tant est qu’il le faille.

 
Richard LEJEUNE
 


Par Louvre-passion - Publié dans : Peinture et sculpture
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Que c'est intéressant, votre discussion ! Merci à vous deux. J'ai fort envie d'ajouter mon grain de sel, car j'aurais énormément de choses à dire à propos de ces deux tableaux,  leur comparaison peut entrainer une passionnante exploration. Cependant je ne peux pas en discuter ici, mon commentaire serait si long qu'il en deviendrait gènant, on s'imaginerait que je veux monopoliser l'attention et m'installer chez Louvre-passion comme chez moi, ce qui n'est en aucun cas mon intention ! Alors je ferai peut-être un article, car, décidément, vous aiguillonnez  mon appétit pictural !
Bonne semaine !
Commentaire n°1 posté par grillon le 14/03/2008 à 13h50
Oh mais pas de problème Grillon, je t'inviterais bien volontiers tu fais des articles ou des commentaires à ta guise, c'est l'avantage de l'échange entre blogs.
Réponse de Louvre-passion le 15/03/2008 à 19h01
Simplement merci à vous deux pour cet échange. Les couleurs automnales du premier tableau sont belles et l'analyse de Rodin sur les 3 moments du sentiment amoureux bien pertinente, semble-t-il, dans cette oeuvre.
Commentaire n°2 posté par Lyliana le 14/03/2008 à 19h45
Il faut surtout remercier l'auteur pour son bel article, là je n'ai pas grand mérite.
Réponse de Louvre-passion le 15/03/2008 à 19h00
Bonjour et merci beaucoup pour ce remarquable article, à la viavant et passionnant!
Je n'aurais qu'une chose à dire... à quand la suite?
Commentaire n°3 posté par Raphaëlle le 15/03/2008 à 14h57
La suite .... eh bien il faut la demander à l'auteur, peut être a t'il une idée, dans ce cas je suis tout prêt à la publier.
Réponse de Louvre-passion le 15/03/2008 à 19h02
Aie ! Nous sommes devant le problème épineux des peintures reproduites plusieurs fois ! Qu’elle est la meilleure ? Comme Grillon, Je ne voudrais pas prendre trop de place dans les commentaires. Mais il est vrai qu’il y a beaucoup à dire car ces toiles sont fort différentes. Dans les deux toiles, il s’agirait effectivement d’une même couple d’amants saisit à des moments différents de la séduction amoureuse. Je note rapidement quelques modifications dans les détails : Le tableau du Louvre serait une esquisse. Watteau devait faire vite pour présenter sa toile à l’Académie. Il serait pressé par le temps ? Il y a moins de personnages. Le mât du bateau n’apparaît pas. La statue sur la droite est différente. Les couleurs sont ocre verte. Les tons, plus impressionnistes dans le paysage, plus fondus. Le tableau de Berlin est achevé. Le grand arbre est plus large, plus feuillu. Un couple apparaît au premier plan à droite assis sur le sol. Les tons sont plus chaud, les rouges intenses. Au fait, à voir les personnages insouciants et heureux, je pencherais pour un départ joyeux pour l’île de Cythère et non un retour mélancolique ! Alors, qu’elle est la meilleure toile ? Pas simple… Je ne connaissais que le tableau du Louvre que je trouvais superbe, mais celui de Berlin est tout aussi beau. Watteau est le maître de la légèreté, du trouble érotique, de quelque chose d’évanescent qui lui appartient en propre. En fin de vie, et pourtant encore jeune, il est au sommet de son art. Impossible de trancher ! Le charme, la poésie est la même. Merci maître Watteau ! Désolé d’avoir fait long mais l'article de Richard Lejeune le méritait.
Commentaire n°4 posté par Alain le 17/03/2008 à 16h14
Je suis du même avis, difficile de trancher et il n'y a pas à s'inquiéter de la longueur ou non des commentaires. Finalement je n'aurais pas pensé que Watteau suscite autant de texte. Je ne dis pas "faire couler beaucoup d'encre", puisque cela n'existe plus dans note monde "virtuel".
Réponse de Louvre-passion le 17/03/2008 à 21h39
Faire couler de l'encre dans le monde virtuel, cela s'appelle parfois " clavarder " ! ( bavarder sur le clavier, mot-valise )
C'était une bonne idée de confronter ces deux tableaux, et avec Richard Lejeune, j'ai continué sur mon blogue, parce que nous avons beaucoup ( trop ) clavardé ! Merci à vous Louvre-passion !
Commentaire n°5 posté par grillon le 18/03/2008 à 20h30
Ou pour rebondir sur ce mode d'écriture, nous ne rédigeons plus des manuscrits mais des "tapuscrits" à force de "clavarder".
Réponse de Louvre-passion le 18/03/2008 à 21h24

Le tapuscrit, en effet, est de mise maintenant, mais le mot  existe depuis plusieurs décennies, avant l'apparition d'internet , j'avais eu la surprise de le voir écrit dans des catalogues de musées il y un bon moment déjà.

Commentaire n°6 posté par grillon le 19/03/2008 à 13h40
Je ne savais pas qu'il y avait eu deux tableaux (je suis une buse comme déjà dit hé, hé) par contre, j'avais cru y voir une sorte de BD sur la conquête amoureuse d'une nana, il semble que j'étais inspir'ée par Auguste hé, hé.
En effet, et comme  dit dans l'article, la différence entre les couleurs est frappante, même avec les aléas de la diffusion par le net....(peut-être un petit "nettoyage" du second tableau, comme on a vu faire en direct au musée de Glasgow)
Euh... ch'tite question pour une buse, je ne me souviens plus avoir lu chez toi ce qu'était un tableau de réception... (marrant d'ailleurs que ce soit un des rares qui ait  été exonéré (si je  puis dire) de censure..
Bises Atalmont, merci pour l'info sur le bouquin, je note et surtout à toute (hé, hé)
Commentaire n°7 posté par sieglind la dragonne le 20/03/2008 à 07h29
Watteau a certainement volontairement joué sur l'ambiguité du tableau, arrivée ou départ ? Toujours est-il qu'il sagit d'une fête galante, mélancolique si c'est le retour, joyeux si c'est le départ. Ne vaut-il pas mieux monter l'escalier, plutôt que de le descendre ? L'esquisse a le charme de la spontanéité, la mélancolie du paysage est aussi d'influence vénitienne tout simplement de cette période. Je préfère ne pas choisir entre les toiles, les comparer côte à côte oui, loin l'une de l'autre c'est plus difficile, comment se souvenir des couleurs, de la lumière à distance et n'étant pas exposées dans le même lieu, selon un même accrochage. J'opte malgré tout pour la spontanéité.
Commentaire n°8 posté par la dilettante le 25/03/2008 à 00h12
Effectivement l'idée intéressante serait une exposition réunissant les deux tableaux dans un même lieu. Qui sait cela se réalisera peut être.
Réponse de Louvre-passion le 25/03/2008 à 20h58

Bonjour,dans les années 70,j'ai travaillée avec un proffesseur d'histoire(une personne d'un certain age) et il devait faire une etude sur justement les 2 tableaux de watteau car les anglais étaient pas d'accord avec la france et apres avoir etudiez ,pris des notes , il a demontrer que c'est 2 tableaux differents l'embarquement et le debarquementpour cythere, dommage qu'a l'époque j'avais 20ans j'ai pas garder son nom,mais il m'avait dit vous verrez notre travail au louvre ,voilà ce que je peux rajouter.

Commentaire n°9 posté par SPANO le 05/03/2011 à 16h48

Merci pour cette précision sur cette étude.

Réponse de Louvre-passion le 05/03/2011 à 17h56

Etudiante en histoire de l'art et travaillant en ce moment sur ces deux tableaux, c'est en faisant des recherches sur la version de Berlin que je suis tombée sur votre blog (mais je ne sais pas si vous verrais ce commentaire, j'arrive avec 4 ans de retard ^^).

Je me permet de faire une petite précision et d'apporter la théorie de Christian Michel, dans Le célèbre Watteau, qui pense que la version de Berlin serait plutôt antérieure à celle du Louvre :

"Tous les commentateurs sont d'accord sur un point : la version de Berlin serait postérieure à celle de Paris. Watteau, après quatre rappels à l'ordre de l'Académie, se serait décidé et aurait peint très rapidement son tableau, avec une couche picturale très légère ; puis à la demande de Jean de Jullienne en aurait exécuté une seconde version, beaucoup plus empâtée, en augmentant le nombre des figures en en insérant certaines de façons assez arbitraire dans sa composition. Dans la version de Berlin, les disproportions, c'est-à-dire les erreurs de perspective, sont très flagrantes : je pense notamment au couple à l'arrière-plan à droite et aux deux couples qui figurent dans la nef à gauche. [...] S'il est normal que le tableau peint pour l'Académie soit plus soigné, il est cependant curieux q'une réplique postérieure comprenne des fautes absentes de la première version. [...] j'aurais tendance à penser qu'il s'agit d'une premièr eversion que Watteau a décidé de recommencer rapidement, en supprimant les couples disproportionnés, en ajoutant des nus masculins (les nautoniers) afin d'en faire un tableau qui comprenne le signes traditionnels de la peinture d'histoire. C'est la première version, incorrecte en termes académiques, qui aurait été vendue à Jean de Jullienne. La seconde version (celle du Louvre) aurait pu être peinte d'autant plus rapidement et donc avec une touche d'autant plus légère, que les recherches sur la composition et les figures avaient déjà été faites."

Je trouve cette théorie très intéressante et probable.

Enfin, je voudrais aussi parler de la statue de Vénus dans la version du Louvre : il ne s'agit pas d'une sculpture qui serait moins achevée ou détaillée que celle de Berlin, mais c'est en réalité une statue "terme" : ce mot vient du dieu Terminus que les romains représentaient en buste sur une borne, pour signaler les entrées dans des territoires. Du coup, peut-être que le terme de la déesse Vénus signalerait que les couples sont sur son territoire, et ainsi, sur l'île de Cythère... Après, de savoir s'ils s'en vont ou s'ils arrivent, c'est une autre question ^^

Commentaire n°10 posté par Léna le 08/05/2012 à 18h24

Eh bien oui j'ai vu votre commentaire puisque je garde un oeil sur le blog bien que j'ai arrêté de publier. Je suis d'ailleurs étonner de constater dans la zone d'administration qu'il y ait toujours autant de passages.
En tout état de cause merci pour ce savant commentaire qui fait écho à un article tout aussi savant. Affirmation que je fais sans complexe puisque ce n'est pas moi qui l'avais écrit mais R. Lejeune qui anime le talentueux "Egyptomusée" lequel est toujours en activité.

 

Réponse de Louvre-passion le 11/05/2012 à 21h04

Présentation

Derniers Commentaires

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés