L'école d'Apelle

Publié le 23 Avril 2022

Au Louvre, dans la salle 702 dite « Daru » où se trouve le Sacre de Napoléon, des gens remarquent ce tableau intitulé « l’école d’Apelle », peint en 1800 par Jean Broc et se demandent pourquoi il est si clair et n’a pas de cadre.

L'école d'Apelle

Sa clarté a été voulue par Jean Broc qui, pour représenter cette scène de l’antiquité Grecque s’est inspiré des teintes des fresques antiques. Il se démarque de ses contemporains et de son maître David qui utilisaient des couleurs chaudes. Pourquoi il n’a pas de cadre ? Eh bien figurez vous que c’est un conservateur du Louvre qui m’a apprit que ce grand tableau (3,75 X 4,80 mètres), qui a été restauré il y a quelques années, n’avait pas de cadre.
Apelle est un célèbre peintre Grec qui vécut au IVe siècle av. J.-C. et fut l’un des artistes favori d’Alexandre le Grand. Sur le tableau on le voit entouré de ses élèves, au moment où il leur explique un sujet  qu’il a esquissé sur une toile. Les trois arcades font implicitement référence à celles du « Serment des Horaces » peint par David, dont Broc fut l’élève.
Aucune des œuvres d’Apelle n’est parvenue jusqu’à nous car il peignait sur des panneaux de bois qui n’ont pas été conservés. On le connaît surtout par les récits de l’écrivain romain Pline l’Ancien qui vécut trois siècles après lui. Il raconte ainsi qu’Alexandre lui aurait fait faire le portrait de Campaspe, sa concubine préférée. Mais voyant le tableau il comprit qu’Apelle en était amoureux. Au lieu de se fâcher le roi offrit sa compagne au peintre. Entre parenthèse je remarque que personne n’a demandé l’avis de la pauvre Campaspe !
Autre anecdote, Apelle exposait ses peintures sur un étal et se cachait derrière pour écouter les commentaires des passants. Un jour un cordonnier critiqua la manière dont il avait peint une sandale. Dans la nuit qui suivit, l'artiste retoucha l’œuvre. Le lendemain le cordonnier, constatant le changement et fier d’avoir influencé le peintre, se mit à critiquer le dessin de la jambe. Apelle sortit alors et lui lança :
« Cordonnier, pas plus haut que la sandale ». Cette phrase est d’ailleurs devenue un proverbe que vous retrouvez dans les citations latines du dictionnaire « Sutor, ne supra crepidam », il s’applique à celles et ceux qui se croient autorisés à parler de choses qu’ils ne connaissent pas.

Rédigé par Louvre-passion

Publié dans #Généralités

Repost0
Commenter cet article