La pyramide du Louvre

Publié le 30 Octobre 2015

Vous connaissez tous la pyramide du Louvre, elle est devenue le symbole du musée et tous les jours des flots de touristes s’étirent devant elle en une file d’attente interminable.

Son histoire commence en septembre 1981, au cours d’une conférence de presse le président de la république d’alors, François Mitterrand, annonce : « J’ai également pris la décision, sans vouloir désobliger personne, de rendre le Louvre à sa destination ». Ce projet décidé dans l’entourage du président était motivé par le triste état dans lequel se trouvait le musée : poussiéreux, démodé, à l’étroit à cause de l’occupation de toute l’aile nord par le ministère des finances depuis 1871. L’entrée se faisait par une porte de l’aile Denon et la cour Napoléon était occupée par un square miteux et un parking sauvage.

 

La pyramide du Louvre

Après la phase d’études, le projet est confié à l’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei. Très vite chez Pei s’impose l’idée de donner de l’espace au Louvre par le sous-sol et d’excaver la cour Napoléon. Il conçoit une pyramide translucide pour éclairer ce sous-sol et donner au musée une entrée digne de lui. Une fois connue du public, l’idée déclencha une vaste polémique avec les opposants traitant la pyramide de « scandale » ou « d’atrocité ».

Dans le camp des « contre » on trouvait un ancien ministre de la culture, un critique d’art au « Monde », lequel démissionna par la suite car son journal ne le suivit pas et le journal « le Figaro » et ses lecteurs. Dans le camp des « pour » le président Mitterrand et son entourage, les conservateurs du Louvre, et le maire de Paris d’alors Jacques Chirac. C’est d’ailleurs lui qui apporte une aide décisive au projet en faisant réaliser une simulation grandeur nature grâce à quatre câbles tendus et en accordant le permis de construire.

En quelques chiffres, sachez que la pyramide pèse deux cents tonnes, mesure vingt et un mètres de hauteur et donne accès au hall de dix-sept mille mètres carrés avec les vestiaires, la billetteries, la librairie, les restaurants et cafétérias, sans oublier le « camembert » (l’espace d’accueil rond au milieu).
Une rumeur s’était attachée à cet édifice lors de sa construction en 1989, les parois étaient censées comporter 666 panneaux de verre - le chiffre du diable - à la « demande expresse » du président Mitterrand. Cette « légende urbaine » est tout à fait fausse mais j’ai constaté, selon les sources, des variantes dans le nombre réel de panneaux. Un article de l’Express daté de 2004 nous dit que « la pyramide est faite de 875 losanges - ou 118 triangles ». Un guide du « Louvre en dates et en chiffre » annonce « près de 800 losanges et triangles de verre ». Pour plus de sureté je retiendrais donc le nombre de 673 losanges de verre, information tirée du « Dictionnaire amoureux du Louvre » dont l’auteur, en tant qu’ancien Président-Directeur du musée, a disposé sans doute d’une information de première main.

Rédigé par Louvre-passion

Publié dans #Généralités

Repost 0
Commenter cet article